Protégeons la Terre


   Juil 01

Energie aérothermique, pompe à chaleur


Il y a de la chaleur… dans le sol, l’eau et l’air

Notre environnement : le sol sous nos pieds, l’eau des nappes, l’air qui nous entoure, stockent chaque jour l’énergie que nous dispense le soleil.

Récupérer cette énergie gratuite et inépuisable et s’en servir pour le chauffage, c’est possible grâce aux pompes à chaleur.

Ce sont des équipements qui permettent d’économiser les énergies fossiles tout en limitant nos rejets de gaz à effet de serre. Il en existe plusieurs types, qui puisent la chaleur soit dans l’air (pompes aérothermiques), soit dans le sol ou l’eau des nappes phréatiques (pompes géothermiques).

Pompes à chaleur aérothermiques


Simples à mettre en œuvre, elles récupèrent les calories de l’air ambiant (intérieur ou extérieur au logement) et s’adaptent à de nombreuses situations : l’air est une source de chaleur facilement exploitable, sans capteur à installer et sans autorisation spéciale. Elles peuvent convenir dans une maison individuelle, neuve ou ancienne.

La température de l’air extérieur varie beaucoup au cours de l’année et peut descendre très bas en hiver. En conséquence, les performances des PAC aérothermiques varient elles aussi largement.

POINTS FORTS

  • Cette solution est facile à mettre en œuvre car elle ne nécessite pas de surface de captage.
  • Elle répond aux attentes environnementales qui visent à lutter contre l’effet de serre et la réduction des consommations énergétiques.
  • Elle ne génère aucune émission de gaz polluants.
  • Elle permet le chauffage de l’habitation en hiver et son rafraîchissement en été (système de pompe à chaleur réversible).

POINTS FAIBLES

  • L’emplacement de la pompe à chaleur est à choisir avec soin, à l’abri des vents dominants et dans un lieu compatible avec les exigences de l’environnement (intégration dans le site, niveau sonore).
  • Il est nécessaire de prévoir un dégagement tout autour de la pompe à chaleur afin d’effectuer les opérations de raccordement, de mise en service et d’entretien.

 

Aérothermie

L’aérothermie

 

L’air, fournisseur de calories pour la Pompe à chaleur


Les installations diffèrent selon l’air utilisé pour y puiser la chaleur.

L’air est puisé au dehors

La pompe à chaleur est installée à l’intérieur ou à l’extérieur du logement et prélève la chaleur de l’air extérieur. Quand il fait froid, l’évaporateur de la PAC, au contact de l’air extérieur, peut givrer et cela diminue son efficacité. Ce type de PAC est donc muni d’une régulation qui inverse périodiquement et pour un court moment son fonctionnement. Ceci assure le dégivrage de l’évaporateur.

Une pompe air extérieur / eau chauffe l’eau d’un circuit de chauffage. Les émetteurs de chaleur peuvent être un plancher chauffant, des radiateurs basse température et/ou des ventilo-convecteurs.

La pompe à chaleur peut être constituée d’un seul élément : on l’appelle alors pompe monobloc. Elle peut comporter aussi deux unités séparées, reliées par le circuit de liquide frigorigène.

Une pompe air extérieur / air intérieur chauffe directement l’air du logement par le biais d’un ou plusieurs ventilo-convecteurs à détente directe.

Les PAC sur air extérieur peuvent être réversibles et assurer le rafraîchissement du logement en été.

L’air provient du logement

La pompe à chaleur air extrait / air neuf ou VMC double flux thermodynamique couple une ventilation mécanique contrôlée (VMC) double flux et une PAC. Elle assure à la fois le renouvellement de l’air du logement et son préchauffage : la PAC récupère la chaleur de l’air extrait par la VMC dans les pièces de service (cuisine, salle de bains et WC) et préchauffe ainsi l’air neuf soufflé dans les pièces à vivre (séjour, chambres).

 

Aérothermie

L’aérothermie

 

Pour que le système fonctionne, l’air doit pouvoir circuler d’une pièce à l’autre. Le détalonnage des portes (mise en place d’un espace de 2 cm environ au bas des portes) est indispensable pour permettre cette circulation.

Ce dispositif est réversible et peut assurer le rafraîchissement du logement en été.

Question d’appoint

Les PAC aérothermiques sont toujours munies d’un système de chauffage d’appoint pour pallier une éventuelle insuffisance de la PAC quand il fait froid. La baisse de la température extérieure s’accompagne d’une diminution de l’efficacité de la pompe, jusqu’à un point où elle s’arrête (selon les modèles, entre -10 et -20 ° C). Le chauffage d’appoint (résistance électrique intégrée à la machine) assure alors le chauffage du logement. Certains modèles récents de PAC réversibles peuvent fonctionner sans appoint, même à basse température.

Une pompe à chaleur air extérieur / eau peut aussi être intégrée à une installation de chauffage central classique existante (pompe à chaleur « en relève de chaudière »). Elle permet ainsi d’économiser du combustible et de limiter les rejets d’une chaudière à gaz ou au fioul.

Dans ce type d’installation, la PAC fonctionne en priorité tant que son rendement est acceptable, c’est à dire au-dessus d’un certain seuil de température. Au-dessous, la chaudière se met en marche pour couvrir tout ou partie des besoins de chauffage.

Une pompe à chaleur air extrait / air neuf ne couvre pas la totalité des besoins de chauffage : un chauffage complémentaire est toujours nécessaire.

Demande de devis de pompe à chaleur