Protégeons la Terre


   Juil 01

Essor des énergies renouvelables


Au milieu des années 70, la France s’est lancée dans un ambitieux programme électronucléaire. Aujourd’hui sa politique énergétique est donc basée essentiellement sur le nucléaire et sur les énergies fossiles (pétrole, charbon et gaz).

Mais au vu des très grands problèmes que posent ces deux types d’énergies pour l’avenir de la planète, nous devons songer à les remplacer par des énergies propres et renouvelables.

Cela est possible en mettant en place une politique énergétique de longue durée basée sur :

  • La mise en place d’un programme d’économie d’énergie.
  • Une augmentation des crédits de recherche pour les énergies renouvelables
  • La décentralisation des productions d’énergie et le développement des énergies renouvelables.
  • Une réflexion sur une politique des transports et un programme de recyclage des déchets.

La balle est actuellement dans le camp politique, mais il faut que chacun d’entre nous se sente concerné et agisse à son niveau pour trouver une solution aux problèmes qui menacent notre planète.

Energies renouvelables: de quoi parle t’on?


L’expression “énergie renouvelable” est apparue dans les années 70. Elle désigne des énergies dites de flux, par opposition aux énergies fossiles. Autrement dit, les énergies renouvelables ne s’épuisent pas : l’Homme transforme l’énergie produite par la nature en énergie directement utilisable (électricité, chaleur, combustible). Elles sont actuellement au nombre de six : l’hydraulique, la biomasse, l’éolien, la géothermie, le solaire et l’énergie des mers. Elles sont inépuisables, mais leur développement se heurte toutefois à certains facteurs. Pour la biomasse, les surfaces consacrées à la culture de biomatériaux (tournesol, canne à sucre, etc.) limitent d’autant la production de nourriture. Le développement de la biomasse doit par ailleurs être maîtrisé afin de ne pas provoquer d’autres impacts dommageables (pesticides, irrigation, etc.).

Energie hydroélectrique

Energie hydroélectrique

Energie des mers

Energie des mers

Energie solaire

Energie solaire

Energie éolienne

Energie éolienne

Energie géothermique

Energie géothermique

Energie biomasse

Energie biomasse

Les énergies renouvelables ont de beaux jours devant elles. La prise de conscience collective du réchauffement climatique les a propulsées sur le devant de la scène. Pourtant, par certains aspects, certaines doivent faire leurs preuves.

Exploitées depuis les débuts de l’Humanité et longtemps délaissées, les énergies renouvelables pourraient garantir une part de plus en plus importante de nos besoins. Ces énergies, qui n’émettent quasiment pas de CO2, constituent en effet un puissant levier d’action en faveur du développement durable. Les énergies renouvelables représentent actuellement 18 % de la production mondiale d’électricité.

Les énergies renouvelables en France


Le marché des énergies renouvelables affiche des taux de croissance supérieurs à 30 % par an. Des champions industriels sont en train de se créer. La France, qui n’a engagé une politique volontariste que depuis 2005, affiche un retard important.

Jusqu’à ces toutes dernières années, la croissance économique de la France, une démographie dynamique, le développement des transports routiers de voyageurs et de marchandises, celui des usages domestiques de l’électricité et les besoins des industries grosses consommatrices d’énergie (sidérurgie, chimie, papeteries, cimenteries,…) ont contribué à une progression soutenue de la consommation d’énergie. Néanmoins, cette tendance n’est pas acceptable pour des raisons économiques et environnementales (facture énergétique, sécurité d’approvisionnement, changement climatique), de sorte que le Gouvernement s’emploie à prendre des mesures correctrices.

Evolution de la consommation finale énergetique par secteur 2006

Evolution de la consommation finale énergetique par secteur 2006

Graphique : l’évolution de la consommation finale énergétique par secteur (162 Mtep en 2006)

Un chiffre qui augmente doucement… mais sûrement. À l’heure actuelle, c’est l’hydraulique qui occupe la première place au niveau mondial. Mais, pour l’instant, cette source d’énergie, qui représente 90 % des énergies renouvelables utilisées pour fabriquer de l’électricité dans le monde, se développe surtout dans les pays du Sud. Elle est suivie de près par la biomasse, qui produit environ 5% de l’électricité mondiale.

Une consommation d’énergie renouvelable dominée par le bois-énergie et l’hydraulique

Répartition des énergies renouvelables en France

Répartition des énergies renouvelables en France

  Graphique : la répartition de la consommation des énergies renouvelables en France (2006)

Alors que le pétrole flambe, le temps est venu pour les pouvoirs publics de prendre des décisions pour soutenir l’essor des énergies renouvelables. Une nouvelle industrie qui enregistre des taux de croissance mondiaux supérieurs à 30 % par an. Dans le monde, la bataille industrielle bat déjà son plein, tandis que les électriciens multiplient les  » offres vertes « .

Projecteurs sur les énergies renouvelables

Les énergies renouvelables en Europe

Les énergies renouvelables en Europe

  Graphique : La production d’énergies renouvelables dans les pays de l’UE (2004)

Eolien en plein boum, solaire peut encore mieux faire…

Aujourd’hui, l’éolien est l’une des énergies renouvelables les plus matures pour produire de l’électricité. Techniquement au point, l’énergie éolienne est aussi rentable d’un point de vue économique. Du coup, elle est appelée à se développer fortement partout dans le monde. En ce qui concerne l’énergie solaire, il convient de nuancer. Pour produire de l’eau chaude (solaire thermique), elle est, en effet, aujourd’hui accessible, mais son coût pour la production d’électricité (solaire photovoltaïque) est encore très élevé. Le solaire offre malgré tout des perspectives prometteuses. Les filières exploitant l’énergie issue de la biomasse et la géothermie représentent une part significative de la production mondiale d’électricité.

Un développement prometteur, mais limité

La rentabilité des énergies renouvelables est encore faible par rapport aux énergies traditionnelles. Car si elles sont abondantes, encore faut-il les capter, les collecter, les concentrer et les transporter. Résultat : les investissements sont très élevés et les coûts restent souvent plus importants que pour les énergies fossiles. Les politiques publiques de soutien sont donc indispensables. Des aides qui permettront aux énergies renouvelables de prendre leur envol.

 

Liens :  Matériaux écologique pour la construction